Guide du rendement des pompes à chaleur : maximisez l’efficacité de votre système de chauffage

guide du rendement des pompes a chaleur maximisez l efficacite de votre systeme de chauffage.jpeg

25Les pompes à chaleur sont progressivement appréciées de nos jours, car elles permettent de chauffer ou de refroidir les bâtiments de manière économe en énergie. Toutefois, savoir maximiser les rendements énergétiques de ce type d’appareil peut s’avérer difficile. Ici, on vous présente les facteurs les plus importants qui affectent les performances de la pompe à chaleur et fournit des conseils pratiques pour maximiser l’efficacité de votre système de chauffage.


Rendement des pompes à chaleur : qu’est-ce que c’est ?

Les différents facteurs de performance présentés sur la fiche technique de l’appareil et son étiquette énergétique vous aideront à identifier la pompe à chaleur la mieux adaptée à vos besoins. Qui sont les suivants : coefficient de performance ou COP, coefficient de performance saisonnier ou SCOP, coefficient d’efficacité frigorifique saisonnier ou (SEER).

Coefficient de performance ou COP

Le COP (abréviation anglaise de Coefficient of Performance) permet de mesurer l’efficacité d’une pompe à chaleur. Le coefficient de performance correspond au rapport entre le kWh d’électricité consommé pour faire fonctionner l’appareil et l’énergie de chauffage produite (en kWh). Pour calculer le COP, la formule est comme suit : COP = kWh d’énergie produite / kWh d’électricité consommée.

Par exemple, un COP de 3 pour une pompe à chaleur air-eau signifie que l’appareil utilise 1 kWh d’électricité pour en produire 3 sous forme de chaleur. Le coefficient maximum pour les pompes à chaleur est de 7, mais l’ADEME explique que les pompes à chaleur avec un COP de 3 à 5 sont plus performantes. Le coefficient de performance d’une pompe à chaleur représente l’efficacité énergétique du système, des valeurs plus élevées indiquant de meilleures performances.

Coefficient de performance saisonnier ou SCOP

L’étiquetage du SCOP est obligatoire pour les pompes à chaleur depuis 2013 (Règlement CE 626/2011). À l’aide de cet indicateur, vous pouvez connaître le rendement saisonnier moyen de l’année en effectuant le calcul suivant : SCOP = kWh d’énergie produite sur une saison / kWh d’électricité consommée sur la même saison.

SCOP vous permet de comparer les pompes à chaleur et de trouver le modèle le plus adapté à vos besoins. Cela vous permet de trouver des appareils qui fonctionnent le mieux dans des conditions climatiques similaires à la zone dans laquelle se situe votre propriété.

A lire aussi :  Aide pour pompe à chaleur : Informations sur les soutiens financiers pour votre projet

Coefficient d’efficacité frigorifique saisonnier ou SEER

Un autre indicateur de l’efficacité d’une pompe à chaleur est le SEER (Seasonal Energy Efficiency Ratio). Le principe de ce coefficient d’efficacité saisonnier de l’air froid est le même que celui du SCOP. Il s’agit cependant d’une évaluation de l’efficacité saisonnière des pompes à chaleur de refroidissement. La SCOP calcule uniquement les performances des pompes à chaleur de chauffage.


Avec une pompe à chaleur réversible, vous pouvez non seulement chauffer votre maison, mais aussi la rafraîchir comme un climatiseur. Si vous envisagez d’équiper un tel appareil, il est important de vérifier son SEER. La formule pour évaluer le SEER est la suivante : SEER = kWh d’énergie de refroidissement produite sur une saison / kWh d’électricité consommée sur une saison.

Maximisez la performance de votre système de chauffage

Il existe différentes solutions pour améliorer l’efficacité des pompes à chaleur, notamment :

Installez un thermostat

En conjonction avec une pompe à chaleur, vous pouvez utiliser un thermostat programmable pour réduire la consommation de chauffage. De cette façon, optimiser la température dans chaque pièce de votre maison améliorera également votre confort. Il existe aussi des thermostats connectés qui permettent de contrôler le chauffage à distance.

Surveillez votre consommation d’énergie

Vous pouvez suivre l’évolution de votre consommation d’énergie au quotidien, ou directement auprès de votre fournisseur d’énergie si vous en avez donné l’autorisation. Cela permet d’identifier les moments de la journée où vous consommez le plus d’énergie, d’identifier les appareils en cause et d’agir en conséquence. Le suivi des consommations peut s’effectuer sur une plateforme en ligne, soit via le site Internet du gestionnaire de réseau Enedis (anciennement ERDF), soit via l’espace client mis à disposition par votre fournisseur d’électricité.

Réglez correctement la température de l’eau chaude sanitaire

Si vous fournissez aussi de l’eau chaude avec une pompe à chaleur, pensez à régler la température de l’eau à 50 °C. En réalité, c’est courant de le chauffer à 60℃ ou 70℃. Ce petit geste vous permet d’améliorer les performances de votre pompe à chaleur sans compromettre le confort.

Entretien des pompes à chaleur

Contrairement aux chaudières à gaz ou au fioul, la plupart des pompes à chaleur ne nécessitent aucun entretien. Nous vous recommandons fortement de faire inspecter votre installation par un professionnel tous les deux ans. Pendant ce temps, tous les paramètres de l’appareil sont vérifiés et certains éléments qui composent l’appareil sont nettoyés. Cette intervention permet donc d’assurer un rendement optimal de la pompe à chaleur.

A lire aussi :  Isolation phonique murale : Réduire les nuisances sonores dans votre logement

Les facteurs affectant l’efficacité d’une pompe à chaleur

Plusieurs facteurs affectent l’efficacité d’une pompe à chaleur. Parmi eux figurent :

Température extérieure

De nombreux facteurs peuvent faire varier l’efficacité d’une pompe à chaleur. La température affecte les performances de ce système de chauffage. La température extérieure est la température d’une source d’énergie renouvelable (air, sol ou eau). Et la température intérieure est la température que vous souhaitez atteindre dans les différentes pièces de votre maison.

Plus la différence de température entre l’extérieur et l’intérieur est grande, moins la pompe à chaleur sera efficace. Le climat de la région est donc un paramètre à prendre en compte. Si vous habitez dans une région aux hivers très froids, votre pompe à chaleur ne sera pas aussi efficace que si vous installiez le même modèle dans le sud de la France, où les hivers sont plus doux.

Si vous choisissez une pompe à chaleur à air et que les hivers dans votre région sont très froids, vous devriez choisir une pompe à chaleur haute température. Ce dernier peut également fonctionner à des températures extérieures de -20 °C. Les pompes à chaleur basse température, en revanche, ne fonctionnent pas en dessous de 0 °C et ne conviennent donc qu’aux climats doux.

Isolation de l’habitation

Avant d’installer une pompe à chaleur, sachez que l’isolation de votre maison doit être de qualité. En effet, pour tout projet de rénovation énergétique, nous recommandons fortement de commencer par l’isolation (grenier, murs, fenêtres…). Limiter les déperditions thermiques est une étape essentielle pour améliorer le rendement énergétique des bâtiments.

Vous pourrez ensuite améliorer et redimensionner le système de chauffage en fonction de l’isolation de la maison. Notez que les thermopompes seront plus efficaces si votre maison est bien isolée. Vous pouvez donc économiser encore plus sur vos frais de chauffage en choisissant une pompe à chaleur basse température et moins performante. En plus d’économiser sur votre budget énergétique, vous améliorez également le confort thermique.

A lire aussi :  Subventions pour les pompes à chaleur : Financement pour votre projet de chauffage durable

Méthode de chauffage actuel

L’efficacité d’une pompe à chaleur peut être affectée par les radiateurs radiants installés dans votre maison. Si elles sont équipées de radiateurs basse température efficaces, de radiateurs modernes ou de lits à eau chaude, les pompes à chaleur nécessitent moins d’efforts pour atteindre la température réglée.

Selon le chauffage déjà installé dans votre maison, il est intéressant de le remplacer par un modèle plus performant. N’hésitez cependant pas à demander conseil à votre chauffagiste, car il s’agit d’un facteur de coût supplémentaire. Les dimensions correctes du radiateur sont par ailleurs importantes pour les performances de la pompe à chaleur. Cette étape nécessite l’intervention d’un spécialiste qui pourra prendre en compte tous les paramètres qui permettront de déterminer la capacité de chauffage adaptée (qualité de l’isolation, surfaces à chauffer, température de chauffage souhaitée, nombre d’occupants de la maison…).

Puissance de la PAC

L’efficacité d’une pompe à chaleur est déterminée par les performances de l’appareil. Ce facteur permet d’évaluer la potentialité de production d’énergie de la PAC. La puissance exprimée en kW doit être suffisante pour couvrir les besoins de chauffage de votre habitation. Une pompe à chaleur peut être trop grande ou trop petite. Ces deux cas entraînent une consommation d’énergie excessive et une efficacité réduite :

Pour les pompes à chaleur surdimensionnées, les règles suivantes s’appliquent : plus un appareil est puissant, plus il consomme d’énergie pour fonctionner. De plus, le cycle de chauffage de la pompe à chaleur est également plus court. Cela provoque des extinctions et des redémarrages fréquents de l’appareil, provoquant une consommation excessive et une usure prématurée.

Si vous utilisez une petite pompe à chaleur : celle-ci ne suffira pas à couvrir les besoins en chaleur de votre maison, elle doit donc fonctionner à pleine puissance en permanence. Cela entraînera une usure plus rapide des pièces de votre appareil. De plus, davantage de radiateurs devraient être installés pour compenser l’inconfort. Dans ce cas, il y aura des frais supplémentaires pour cet achat, ainsi que des frais d’électricité et de gaz liés à la consommation de cet appareil.

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *