Tout ce que vous devez savoir sur la consommation d’une pompe à chaleur : conseils pratiques

tout ce que vous devez savoir sur la consommation d une pompe a chaleur conseils pratiques.jpeg

Faire installer une pompe à chaleur dans votre logement permet de profiter d’un confort idéal tout en réalisant des économies d’énergie. Lors de son fonctionnement, elle capte les calories de l’environnement pour chauffer ou rafraîchir l’intérieur du logement. Pour cela, l’appareil consomme normalement de l’électricité.

Plusieurs paramètres sont à considérer lors du calcul de la consommation électrique d’une pompe à chaleur. Il y a sa puissance nominale, le nombre d’heures de chauffage annuel et son coefficient de performance. En moyenne, ce coefficient est fixé à 5. Cela signifie que pour 1kW d’électricité consommé, une PAC peut restituer jusqu’à 5 kW de chaleur. Après quelques éléments de calcul, nous vous proposons des astuces pour améliorer la consommation de votre PAC.


Consommation électrique moyenne d’une pompe à chaleur

Le principal élément à considérer dans le détermination de la consommation électrique d’une pompe à chaleur, c’est son type. Le volume moyen de consommation d’électricité d’une pompe air-eau ne peut être le même que celui d’une pompe à chaleur de type sol-eau.

Parmi tous les types de pompes à chaleur, celles de type aérothermique consomment plus d’électricité que celles géothermiques. Les appareils à aérothermie ont en réalité besoin de plus d’énergie électrique pour convertir les calories de l’environnement en chaleur en période de froid. Cela vient du fait que l’air extérieur est plus sensible aux variations de température que la chaleur du sol. Nous vous recommandons de les coupler à un autre équipement afin de limiter leurs consommations. Une PAC aérothermique peut consommer environ 40 kWh par m2 annuellement, tandis qu’une pompe géothermique consomme annuellement environ 30 kWh par m2.

Comment déterminer la consommation électrique d’une pompe à chaleur ?

En matière d’estimation de la consommation électrique d’une pompe à chaleur, vous devez tenir compte de deux paramètres techniques : sa puissance nominale et son coefficient de performance. La puissance nominale d’une PAC correspond à sa capacité de production d’énergie pour couvrir les besoins d’un logement. Elle est exprimée en kW et est déterminée par un professionnel chauffagiste certifié sur la base d’éléments techniques.

A lire aussi :  Comment choisir la meilleure chaudière air-eau pour votre maison : guide complet

En abrégé COP, le coefficient de performance, quant à lui, indique la quantité d’énergie restituée (en kWh) par rapport au nombre de kWh d’électricité consommé par la PAC. Une pompe à chaleur air-eau affichant un COP de 3 est un appareil qui produit 3 kWh de chaleur pour un 1 kWh d’électricité consommé.

Sur la base de ce dernier paramètre, la détermination de la consommation électrique d’une pompe à chaleur se fait selon la formule suivante : consommation électrique annuelle en kilowattheures (kWh) = puissance nominale en kW / COP x heures de chauffage par an


Si nous prenons une pompe à chaleur affichant un COP de 3, cela signifie qu’elle restitue 3 kWh de chauffage pour 1 kWh d’électricité consommé. Supposons que sa puissance nominale soit de 7 000 w et qu’elle soit utilisée 2 000 heures par an. Suivant la formule mentionnée plus haut, sa consommation électrique sera estimée à 4 667 kWh par an.Il s’agit là d’une estimation, car le chiffre réel de la consommation de cet appareil peut varier selon certains facteurs.

Quels sont les variables qui influencent la consommation électrique d’une PAC ?

Les variables qui influencent la consommation électrique d’une pompe à chaleur sont nombreuses. Au-delà du type, le niveau de consommation d’une PAC dépend d’éléments, comme :

  • La température de départ et la surface du logement ou le volume en m3 à chauffer ;
  • Sa puissance calorifique qui correspond à sa capacité à produire de l’énergie ;
  • Votre zone climatique : selon que les températures extérieures sont plus ou moins basses, la puissance de la PAC sera différente ;
  • Le niveau et la qualité de l’isolation thermique des murs, du toit et des planchers. Si l’isolation est moins bonne, la pompe consomme plus de l’électricité ;
  • La réputation de la marque choisie (Daikin, Mitsubishi…) ;
  • Le nombre et le type d’émetteurs de chaleur utilisé (radiateurs à eau, sol chauffant, ventilo-convecteur) ;
  • Le nombre de personnes présentes dans le ménage ;
  • Les réglages effectués lors de son installation pour assurer sa performance journalière et sa longévité.
A lire aussi :  Guide du rendement des pompes à chaleur : maximisez l'efficacité de votre système de chauffage

À quel moment peut-on considérer une pompe à chaleur comme énergivore ?

Après avoir installé votre pompe à chaleur, vous pouvez constater que sa consommation en électricité est anormale. Tel peut être le cas si vos factures d’électricité affichent désormais des chiffres hors budget. Le premier élément en cause peut être le dimensionnement de votre appareil. Il faut que votre thermopompe soit toujours adaptée à vos besoins. Pour éviter une consommation électrique excessive, ne prenez pas à la légère le dimensionnement de la PAC (la puissance en kW).

À partir du moment où votre pompe à chaleur est surdimensionnée, elle sera dans l’obligation de répéter les cycles de chauffe. Sa consommation électrique va exploser au final. Dans le sens inverse, on note également un autre impact considérable. Une pompe à chaleur sous-dimensionnée sera en permanence en surrégime sans pour autant chauffer convenablement le logement. L’appareil sera exposé à une usure précoce.

Quelles sont les astuces pour améliorer la consommation de votre pompe à chaleur ?

Si votre pompe à chaleur consomme de manière anormale de l’électricité, vous avez plusieurs astuces que vous pouvez combiner :

Choisissez une PAC adaptée.

C’est la première astuce pour optimiser la consommation électrique de votre pompe à chaleur. Lors de l’achat, préférez un appareil qui n’est ni surdimensionné, ni sous-dimensionné. Faites réaliser un diagnostic énergétique et une étude thermique de votre logement en tenant compte de tous les paramètres. Cela vous permettra de choisir la puissance adaptée et de limiter les risques de mauvais dimensionnement.

Entretenez correctement votre PAC.

Il est difficile d’améliorer les performances énergétiques d’une PAC lorsque celle-ci est mal entretenue. Si une pompe à chaleur est bien entretenue, ses performances seront préservées et sa consommation électrique est normalisée. L’entretien ne doit pas forcément être celle réalisée par un spécialiste du chauffage. Personnellement, veillez au nettoyage régulier de l’unité extérieure de votre thermopompe ainsi que ses filtres. Une inspection périodique des composants de votre appareil par un professionnel reste toutefois recommandée.

A lire aussi :  Isoler vos combles perdus pour une meilleure isolation thermique

Revoyez vos habitudes de chauffage et adoptez les bons gestes.

Pour modifier vos habitudes de chauffage, vous pouvez simplement réduire de 1 °C la température ambiante. Cela peut réduire la demande d’énergie de plus de 5%. En maintenant une température stable, votre PAC n’aura pas besoin de s’éteindre et de s’allumer en continu. Pensez également à suivre attentivement la consommation de votre appareil.

Vous pouvez aussi faire baisser la température de votre eau chaude sanitaire de 5 °C, mais en la chauffant de manière hebdomadaire à 60 °C. N’hésitez pas à vérifier si une optimisation complète de l’enveloppe de votre bâtiment n’est pas nécessaire. Si possible, combinez votre appareil à d’autres systèmes modernes, comme le photovoltaïque.

Procédez aux bons réglages du chauffage.

La pompe à chaleur, quel que soit le modèle, est un appareil proposant plusieurs réglages. Vous devez les vérifier de manière régulière. Assurez-vous que :

  • Les thermostats sont correctement réglés dans les différentes pièces du logement ;
  • Votre système de chauffage a fait l’objet d’un équilibrage hydraulique ;
  • La pression dans le circuit de distribution de chaleur (chauffage au sol, radiateurs) est correcte ;
  • Le canal de distribution de chaleur est bien purgé…

En considérant tous ces éléments, vous pouvez mieux choisir la pompe à chaleur qui vous convient. Si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à nous contacter. Notre équipe se tient à votre disposition.

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *