Isolation des murs intérieurs : Conseils pour une isolation efficace

isolation des murs interieurs conseils pour une isolation efficace.jpeg

En fonction des moyens disponibles, des envies et des exigences, l’isolation thermique des murs d’une maison peut se faire selon essentiellement deux techniques. La première est l’isolation des murs extérieurs, qui est plus coûteuse mais a la particularité d’améliorer grandement les performances énergétiques du logement. La seconde est l’isolation des murs intérieurs, la plus répandue et la plus courante.

Encore appelée isolation intérieure, l’isolation des murs intérieurs est une méthode utilisée en rénovation énergétique consistant à poser un isolant relativement épais entre un mur et une plaque de finition. En plus d’être facile à mettre en place, cette technique d’isolation présente de nombreux avantages pour de nombreux projets de rénovation. Le tout est de savoir s’y prendre.

Choix des isolants, professionnel à contacter, méthodes de travail à envisager, précautions à prendre, préalables à remplir… Profitez de nos conseils d’expert pour réussir votre isolation de murs intérieurs.


Rassurez-vous au préalable que l’isolation par l’intérieur est la mieux indiquée pour vous

Pour réussir votre isolation de murs intérieurs, vous devez avant toute chose vous assurer que cette méthode soit la plus indiquée dans votre situation. Vous devez opter pour cette solution de rénovation énergétique, en effet, si :

  • L’aspect de vos murs extérieurs vous plaît et que vous ne souhaitez pas le modifier ;
  • Une modification de votre façade n’est pas envisageable pour des raisons d’alignement ou de valeur patrimoniale ;
  • Vous ne voulez pas suivre le processus relativement long d’obtention du permis auprès du service de l’urbanisme de votre mairie ;
  • La meilleure option pour vous semble de réaliser les travaux en intérieur à l’abri des intempéries, plutôt qu’en plein air ;
  • Vos contraintes budgétaires ne vous permettent pas d’envisager l’isolation thermique par l’extérieur, etc.

Faites le choix du meilleur isolant pour vos murs intérieurs

Sur le marché, il existe plusieurs produits isolants, offrant une large gamme de choix. De la laine de bois à la laine de roche, en passant par la ouate de cellulose, le coton recyclé, le chanvre, la laine de verre, le polystyrène et le polyuréthane, les options sont nombreuses. On les classe en trois grandes familles : les isolants minéraux, les isolants naturels et les isolants synthétiques.

A lire aussi :  Kit panneau solaire en autoconsommation : Produisez et utilisez votre propre électricité solaire

Dans la famille des isolants naturels, on retrouve des produits à base de fibres animales ou végétales, tels que le liège, le chanvre ou encore la laine de bois. Indiqués pour les bâtiments anciens, ce sont des produits écologiques présentant des propriétés thermiques et phoniques appréciables. Les isolants d’origine minérale concernent entre autres la laine de verre et la laine de roche. Assez résistants au feu et à la moisissure, ces produits présentent un excellent rapport qualité/prix ainsi que de bonnes qualités thermiques et phoniques. La dernière famille d’isolants pour murs intérieurs concerne les produits synthétiques, tels que le polyuréthane et le polystyrène. Ce sont de bons isolants thermiques, mais moins performants sur le plan acoustique. Choisissez un isolant adapté à la structure de chaque maison et compatible avec votre logement.

Lorsqu’on parle d’isolation thermique des murs par l’intérieur, le premier critère qui vient à l’esprit est l’épaisseur de l’isolant appliqué. On a tendance à privilégier des isolants plus minces pour préserver la surface habitable. Retenez que l’isolant choisi doit être compatible avec le type de mur à isoler et avec votre logement de manière générale. L’utilisation d’un isolant hydrophobe peut entraîner des problèmes de condensation dans le mur.


Au-delà de l’épaisseur, le choix de l’isolant pour vos murs intérieurs doit tenir compte de deux paramètres essentiels : le coefficient de conductivité et la résistance. Une résistance élevée (au moins 7 m².K/W) garantira une isolation convenable. Quant au coefficient de conductivité, il doit se situer entre 0,025 et 0,05 W/m.K pour assurer une bonne conduction de la chaleur.

Contactez le professionnel à même de vous satisfaire

Les travaux d’isolation des murs intérieurs ne s’improvisent pas. Ils exigent l’intervention d’un professionnel. Vous devez donc choisir un artisan ou une entreprise ayant une expérience avérée dans les travaux d’isolation thermique intérieure. Des professionnels avertis seront capables d’analyser vos murs intérieurs et de vous conseiller sur les matériaux adaptés. L’idéal est de vous tourner vers une entreprise locale certifiée RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). En plus de maîtriser les spécificités réglementaires appliquées par l’urbanisme dans votre localité, son statut vous permettra de prétendre aux aides financières disponibles.

A lire aussi :  Installer une pompe à chaleur : Les étapes essentielles pour une installation réussie

Choisissez les méthodes les plus efficaces pour votre projet

Après avoir choisi l’isolation des murs intérieurs dans votre projet de rénovation énergétique, vous devez ensuite choisir la méthode de pose qui convient à votre chantier. Voici 3 méthodes populaires qui permettent d’isoler les murs intérieurs :

  • Sous ossature métallique : cette méthode consiste à mettre en place un système de rails et de barres métalliques pour accueillir l’isolant. Elle est compatible avec plusieurs matériaux et s’adapte aux parois irrégulières.
  • Par collage : encore appelée isolation par doublage collé, cette méthode consiste à utiliser des adhésifs pour coller l’isolant à la paroi. Facile à mettre en place, l’isolation par collage vous épargne des affaissements éventuels des matériaux isolants. Ici, on privilégie les isolants sous forme de panneaux ou de rouleaux tels que le panneau de polystyrène, le rouleau de laine de verre ou de roche, ou encore la laine végétale.
  • Par lame d’air : c’est une méthode réservée aux murs poreux, car l’isolant ne peut être accolé directement à la paroi. On crée un vide d’air d’environ 2 cm entre la paroi et l’isolant pour éviter le contact direct.

Parmi ces méthodes, vous choisirez celle qui répond à la qualité de vos murs et à leurs caractéristiques. L’avis d’un professionnel dans ce cas sera nécessaire.

Préparez votre chantier en amont

Avant d’engager véritablement les travaux d’isolation des murs intérieurs, vous devez les préparer soigneusement. À l’intérieur, débarrassez votre mur s’il est recouvert de papier peint, car cela peut jouer un rôle dans l’évacuation de l’humidité que certains enduits (à base de plâtre ou de chaux) tolèrent mal. À l’extérieur, votre mur doit être impérativement étanche à l’eau de pluie. Vous devez veiller à ce que :

  • Le mur à isoler soit en bon état, c’est-à-dire sans fissures, sans moisissure et sans contraintes de maçonnerie.
  • L’inertie thermique soit bonne afin d’assurer le stockage de la chaleur et sa redistribution ultérieure. C’est le meilleur moyen d’éviter les surchauffes lors de grandes chaleurs et d’atténuer l’effet des chutes de température extérieure.
  • La disposition des fenêtres facilite le traitement des différents ponts thermiques.
A lire aussi :  Isolation murale intérieure : Des conseils pour améliorer l'isolation thermique de votre maison

Explorez les aides financières susceptibles de soutenir votre projet

Comme l’isolation extérieure, l’isolation des murs intérieurs permet de réaliser des économies considérables sur la facture énergétique. Bien que le coût de cette opération ne soit pas aussi élevé que celui de l’isolation extérieure, il n’est pas toujours facile de financer de tels travaux. Pour encourager les citoyens dans cette démarche, l’État a mis en place tout un ensemble de primes. On retrouve dans ce registre :

  • Ma Prime Renov, qui a remplacé depuis 2022 le Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique (CITE).
  • L’éco-prêt à taux zéro, qui permet d’emprunter sans avoir à payer d’intérêts.
  • Les primes CEE (Certificats d’Économies d’Énergie), qui sont proposées par les fournisseurs d’énergie conformément aux nouvelles réglementations sur la consommation d’énergie.
  • La TVA à taux réduit (jusqu’à 5,5%).
  • Les aides de l’Anah (Agence Nationale de l’Habitat).

Ces différentes aides et primes peuvent significativement réduire le coût des travaux d’isolation des murs intérieurs et faciliter l’accès à ces améliorations énergétiques pour les propriétaires. Renseignez-vous auprès des organismes compétents pour connaître les conditions d’éligibilité et les démarches à suivre pour bénéficier de ces aides.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *