Panneau solaire en autoconsommation : Retours d’expérience et recommandations

panneau solaire en autoconsommation retours d experience et recommandations.jpeg

Les panneaux solaires photovoltaïques en autoconsommation désignent les dispositifs qui vous permettent de produire de l’énergie verte. Celle-ci va être consommée par vous-même dans votre habitation dans le but de satisfaire vos besoins en électricité. Un tel équipement solaire va réduire considérablement vos factures d’électricité. Il vous donne l’occasion de songer à l’écologie, en réduisant votre impact environnemental et vous aidant à contribuer dans la transition énergétique.

De plus en plus de foyers optent actuellement pour cette solution innovante pour consommer de l’électricité, de stocker celle-ci et de la valoriser pour le mieux. Si vous vous intéressez à cette technique de production et de consommation de votre propre énergie, continuez votre lecture pour faire le point sur l’autoconsommation photovoltaïque. Découvrez son fonctionnement, ses avantages ainsi que les différents retours d’expérience et les diverses recommandations à propos de cette pratique.


Le mode de fonctionnement d’une autoconsommation photovoltaïque

Quand on parle d’autoconsommation photovoltaïque, surtout lors de la détermination de la dimension de votre installation solaire, vous devez différencier deux concepts clés qui sont souvent sources de confusion. Il y a d’abord le taux d’autoconsommation. Ceci indique la quantité d’électricité autoproduite que vous allez consommer pour l’alimentation de votre maison. De l’autre côté, vous avez le taux de production qui représente la part de la consommation électrique de votre logement fourni par les plaques solaires.

Les composants d’une autoconsommation solaire

Dans votre souhait d’autoproduire ainsi que d’autoconsommer votre électricité solaire, vous devez avoir en votre possession trois différents matériels, dont :

  • Panneaux solaires photovoltaïques ;
  • Onduleur solaire ;
  • Compteur.

Les panneaux solaires assurent la capture de la lumière venant du soleil, ensuite la transformation de celle-ci en électricité en manière d’un courant continu. L’onduleur représente l’appareil qui permet la conversion du courant continu fourni par les plaques solaires en un courant alternatif. C’est ce dernier qui est approprié avec le réseau public ainsi que vos appareils électriques dans votre maison. Quant au compteur, il va mesurer la quantité d’électricité élaborée par votre installation solaire et celle consommée.

Il existe de nombreux modèles de plaques solaires, d’onduleur et de compteur. Pour votre dispositif d’autoconsommation solaire à mettre en place, il dépend de nombreux facteurs, à savoir :

  • Puissance de votre dispositif ;
  • Votre budget ;
  • Espace disponible dans votre logement ;
  • Rendement de vos panneaux ;
  • Conditions climatiques comme le niveau d’ensoleillement, l’existence de nuages… ;
  • Et le régime d’autoconsommation que vous avez choisi.
A lire aussi :  Aides financières pour pompe à chaleur air-air : bénéficiez de subventions pour votre projet de chauffage

Les différentes variétés d’autoconsommation solaire

En premier lieu, il y a l’autoconsommation totale. Ceci consiste à l’utilisation en totalité de l’énergie produite par votre installation solaire. Autrement dit, toute l’électricité fournie est destinée à être consommée par votre ménage. Ainsi, la production sera consommée tout de suite et quand il existe un surplus non utilisé, ceci est perdu. Il s’agit de la variété la plus économique et la plus simple. Vous n’avez pas besoin d’autres installations spécifiques. Il n’y aura même pas la nécessité d’un compteur.


En second lieu, il existe l’autoconsommation partielle. Dans ce cas, votre ménage n’utilise qu’une partie de l’énergie solaire offerte par votre installation. Vous allez pouvoir gérer le surplus d’électricité. Vous pourrez le revendre en l’injectant sur le réseau électrique public ou le stocker dans une batterie pour l’utiliser ultérieurement. C’est la variété la plus courante avec ses points positifs tels que :

  • Maximisation du taux d’autoconsommation ;
  • Source supplémentaire de revenu ;
  • Et autonomie énergétique accrue.

Il existe ce qu’on appelle l’autoconsommation individuelle. C’est le fait de produire votre propre énergie solaire pour la consommer au sein de votre même habitation. Celle-ci représente le cas le plus usité, car il se met en place plus facilement. Vous trouverez enfin l’autoconsommation collective. Comme son nom l’indique, plusieurs habitations se trouvant proches les uns des autres utilisent la même installation solaire tout en profitant de ses bienfaits. L’avantage de celle-ci, c’est qu’il s’agit d’une solution plus innovante. Elle est aussi plus intéressante à cause de la possibilité d’une mutualisation des coûts ainsi que des bénéfices.

Les avantages de votre autoconsommation photovoltaïque

D’une manière générale, en plus des bienfaits économiques et écologiques, l’autoconsommation solaire vous permet de bénéficier aussi de nombreux autres avantages. Vous avez :

  • Réduction de votre facture de la fin du mois en termes d’électricité allant jusqu’à 40 %. Avec la consommation de votre propre énergie verte, l’utilisation de celle provenant du réseau public s’abaisse considérablement. Augmentez votre taux d’autoconsommation pour profiter plus d’économies ;
  • Autonomie énergétique, en devenant moins dépendant du réseau électrique public. Vous êtes alors protégé des fluctuations de prix ainsi que des éventuelles pannes et des coupures ;
  • Baisse de votre empreinte carbone par la baisse conséquente de l’émission de GES (gaz à effet de serre). Votre production d’électricité verte s’obtient avec une énergie propre et renouvelable qui est l’énergie solaire ;
  • Valorisation de votre patrimoine, car un logement montrant une image écoresponsable à travers ses dispositifs solaires procurant une autoproduction et une autoconsommation énergétique, attrait beaucoup de preneur ;
  • Supplément de revenus grâce à l’obligation d’achat et de la prime à l’autoconsommation dont vous pouvez bénéficier. Ce sont des avantages fixes et garantis pendant une durée de vingt ans avec votre utilisation partielle avec la revente du surplus d’électricité.
A lire aussi :  Pompe à chaleur adaptée à une piscine de 30 m3 : Chauffage écologique pour votre piscine

Retour d’expérience sur une autoconsommation d’énergie solaire

Pour vous donner une idée concrète à propos de l’autoconsommation énergétique solaire, découvrez le partage d’expérience d’un utilisateur engagé. Sur le toit de son logement individuel se trouve installer seize panneaux solaires photovoltaïques ayant une puissance de 5,6 kWc. Il utilise de nombreux appareils électriques, mais celui qui consomme plus d’énergie, c’est sa pompe à chaleur air-eau d’une puissance de 2,7 kW. Celle-ci est associée à un plancher chauffant et deux ballons d’eau chaude sanitaire. La puissance totale de cet appareil est de 4,5 kW. En outre, il possède une Zoé électrique qu’il charge régulièrement, surtout la nuit.

À travers un monitoring, il a fait surveiller ses productions énergétiques ainsi que ses consommations électriques. Après quinze mois, il fait sortir son bilan d’autoconsommation électrique qui donne un résultat comme suit :

  • Consommation totale de 20 565 kWh ;
  • Production d’énergie solaire de 9 054 kWh, soit 21,11 % d’autoproduction ;
  • Énergie consommée de 4 342 kWh, d’où une autoconsommation de 47,96 %.

Comme interprétation, son tauxd’autoconsommation est de 50 % en moyenne. Ce qui insinue que seulement durant la moitié du temps qu’il consomme sa production. Pour les 50 % de temps restants pendant lesquels il n’a pas besoin d’électricité, cette dernière est revendue sur le réseau électrique public. De l’autre côté, le taux de 20 % d’autoproduction désigne que les 1/5 de ses besoins en énergie électrique sont assurés par la production solaire sur son toit.

D’un point de vue économique, la mise en place de son équipement solaire complet lui a coûté environ 16 000 € TTC. Sur les quinze mois, son installation lui rapporte à peu près 1 250 €, soit 1 000 € en une année. Cette valeur va donc donner une durée d’amortissement aux alentours de quinze ans. Celui-ci diminue toutes les fois que le prix de l’électricité augmente. Vous devez savoir que la durée de vie de l’installation est estimée à 30 ans.

A lire aussi :  Fixation des panneaux solaires : Options et recommandations pour une installation sûre

Recommandations pour optimiser ce dispositif d’autoconsommation photovoltaïque

En été, quand la production solaire est maximale, il faut démarrer les ballons d’eau chaude pendant la journée. Vous profitez ainsi de cette électricité renouvelable. Pour la voiture électrique, vous devez la recharger aussi lorsque le soleil brille. En revanche, pour le plancher chauffant qui possède une importante inertie, ce serait mieux de ne pas abaisser sa consigne quand il fait nuit.

Vous pouvez opter pour une automatisation de l’allumage de vos ballons. Un tableau électrique muni d’une horloge qui va enclencher la mise en route des ballons durant la période où l’ensoleillement est au maximum, à savoir entre 13 h et 16 h 30. Ceci va réduire la durée classique de réchauffage avec l’électricité du réseau public au cours de la nuit.

Ainsi, faire marcher volontairement vos équipements qui consomment davantage vous donne la possibilité d’atteindre un taux correct d’autoconsommation et d’autoproduction pour votre installation individuelle. Prévoyez la mise en place d’une batterie pour le stockage de votre surplus de production durant la journée pour pouvoir l’utiliser ensuite pendant la nuit.

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *