Prix de l’isolation des combles : Estimation des coûts et conseils pour un investissement rentable

prix de l isolation des combles estimation des couts et conseils pour un investissement rentable.jpeg

Dans le processus d’isolation d’une maison, il arrive que les combles soient souvent oubliés ou qu’elles ne bénéficient pas d’une attention suffisante. Et pourtant, ces endroits situés au niveau des plafonds sont les nids de nombreux ponts thermiques. Par les combles, les courants d’airs froids s’invitent chez vous et la chaleur s’échappe.

Isoler les combles est donc nécessaire pour un confort thermique et acoustique. Pour effectuer cette isolation, il est important de connaître les différentes techniques et surtout d’avoir une bonne connaissance des coûts.


L’importance d’isoler les combles

Les combles sont des espaces qui peuvent être aménagés ou non. Situé juste en dessous de la toiture, elles contribuent avec celle-ci de la perte de 30 % de la chaleur d’une maison. Lorsque les combles ne sont pas aménagés, on parle de combles perdus.

La non-isolation des combles entraîne deux conséquences. La première est que vous allez souffrir d’un inconfort thermique en temps de froid. La raison est que la chaleur s’échappe en permanence et les courants d’air froid vont pénétrer à l’intérieur de chez vous pour vous faire grelotter.

La deuxième conséquence des combles non isolés est une augmentation de votre facture d’électricité ou de facture de chauffage tout court. Pour limiter l’impact des courants d’air et de la perte de chaleur, vous n’aurez d’autres choix que de faire fonctionner en permanence votre système de chauffage. Mais la conséquence sera la hausse de la facture dont vous devez vous acquitter à la fin de chaque mois.

Maintenant que vous comprenez pourquoi il est urgent d’isoler vos combles, une autre grande question se pose : celle du coût d’une telle isolation.

Les tarifs pour l’isolation des combles

Pour réaliser l’isolation des combles perdus, il faut compter entre 2 500 et 6 000 euros pour une maison de 100 m². Un calcul au ratio permet de déterminer le prix pour les maisons d’une dimension plus importante ou plus réduite.


Le grand écart entre les coûts se justifie par la conjugaison de plusieurs facteurs :

  • État des combles ;
  • Technique utilisée ;
  • Matériau isolant choisi ;
  • Coût de la main d’œuvre.
A lire aussi :  Panneaux solaires nouvelle génération : Les technologies innovantes et leurs performances

L’état des combles

Le premier facteur qui influe sur le prix de l’isolation des combles n’est autre que l’état dans lequel lesdits combles se trouvent. On distingue généralement les combles aménagés, des combles perdus.

Dans le premier cas, les combles sont rendus habitables et deviennent donc un espace de vie. Le prix dans ce cas varie entre 3 000 et 6 000 euros, car les travaux à réaliser sont plus importants.

De l’autre côté, les combles perdus ne sont d’aucune utilité. C’est d’ailleurs pour cela qu’on dit qu’ils sont perdus. Leurs isolations ne posent pas de véritable problème et les travaux sont moindres. Par conséquent, les prix sont aussi réduits. Ils varient de 2500 à 5000 euros.

La disparité des coûts dépend de la technique d’isolation utilisée.

La technique d’isolation utilisée

Différentes techniques d’isolation peuvent être utilisées selon qu’on se trouve en face d’une isolation des combles perdus ou d’une isolation des combles aménagés.

Les combles perdus

Pour les combles perdus, vous avez le choix entre deux méthodes. Il s’agit de la technique dite du soufflage et de la technique du déroulement de la laine encore appelée méthode de la laine déroulée.

Dans cette dernière technique, le matériau isolant, qui ne doit pas obligatoirement être une laine, va être déroulé sur la surface des combles avant d’être soigneusement découpé. Cette méthode est assez délicate et n’est efficace que lorsque l’étanchéité de la surface est garantie. Sans quoi, le déficit de confort acoustique et l’inconfort thermique risquent d’être encore au rendez-vous.

C’est la raison pour laquelle, la majorité des propriétaires préfèrent faire recours à la technique du soufflage. D’ailleurs, celle-ci est plus simple. À l’aide d’un appareil appelé souffleur, l’artisan RGE chargé de la pose va souffler l’isolant sous forme de flocon dans tous les coins et les recoins des combles perdus. Les isolants naturels comme l’ouate de cellulose permettent d’aboutir à des résultats très intéressants. Le souffleur doit veiller à ce que l’isolant répandu dans les combles aient la même épaisseur.

A lire aussi :  Isoler vos combles perdus pour une meilleure isolation thermique

Les combles aménagés

Lorsque les combles ont été aménagés, les choses deviennent un tout petit peu différentes. Les deux possibilités qui se présentent à vous sont soit une isolation par l’intérieur ou une isolation par l’extérieur.

Dans le cadre d’une isolation par l’intérieur, vous allez simplement poser le matériau isolant sous forme d’un rouleau ou de panneaux semi-rigides ou rigides directement sous les rampants. De cette façon, les pertes de chaleur seront réduites au niveau de votre toiture pour votre plus grand bénéfice. Si vous optez pour cette solution, nous vous conseillons de recouvrir l’isolation d’un pare-vapeur. Cela permet de faire barrière à la condensation.

L’isolation des combles aménagés par l’extérieur a actuellement le vent en poupe. Cette technique est en effet très appréciée par les propriétaires de maison. Son principal avantage est que contrairement à l’isolation par l’intérieur, elle ne diminue pas l’espace de vie que vous avez aménagé dans les combles. Le gros souci est qu’elle n’est vraiment réalisable que lorsqu’il s’agit d’une maison neuve. Cette méthode consiste à fixer l’isolant sur les liteaux, juste avant de mettre les tuiles.

Le matériau isolant choisi

Pour réaliser l’isolation de vos combles, vous avez le choix entre trois catégories d’isolants.

Les isolants minéraux

Lorsque vous n’avez pas un budget conséquent, ce sont les isolants minéraux qu’il vous faut. Ces isolants sont au nombre de deux. Il s’agit de la laine de verre et de la laine de roche. Le mètre carré de ces isolants ne coûte que 10 euros environ. Ce sont des isolants très efficaces pour faire obstacle à la perte de chaleur et à l’entrée des courants d’air frais. Le seul souci est qu’ils ne sont pas très durables et qu’il faudra donc les remplacer après quelques années. Ils ont des capacités acoustiques.

A lire aussi :  Isolant en polyuréthane : Avantages écologiques et performances isolantes

Les isolants synthétiques

Avec les campagnes de lutte contre le changement climatique, ces isolants n’ont plus le vent en poupe. Tiré du pétrole, on leur reproche leur processus de fabrication trop polluant. Lorsque vous êtes dans une dynamique d’autoconstruction, ce n’est sûrement pas ce genre d’isolant qu’il faut utiliser.

Mais les isolants synthétiques ont beaucoup d’arguments de leur côté. Premièrement, ils sont très durables. En plus, ils sont simples à poser et offrent un bon rapport qualité prix. Ces trois atouts mis ensemble permettent à ces isolants de continuer à être le premier choix de nombreuses personnes. Le polyuréthane expansé et le polystyrène extrudé sont de parfaits exemples de ces isolants. Comptez 20 euros le mètre carré.

Les isolants naturels

Les isolants naturels ou isolant bio sourcés sont actuellement les isolants qui ont actuellement la cote. Ils sont tirés d’éléments 100 % naturels et sont pour la plupart recyclables. Les isolants naturels peuvent se prévaloir de beaucoup d’avantages. Le premier est qu’ils sont très durables. Le second est qu’ils sont très efficaces. Leur performance dépasse de loin celle des isolants synthétiques et minéraux. Dans la plupart des classements, les isolants naturels arrivent en tête. Ces isolants sont nombreux. Nous pouvons citer l’ouate de cellulose, la laine de chanvre, les plumes de canard, les fibres de bois etc.

Seul bémol, leur coût est élevé et ce ne sont pas tous les artisans qui maîtrisent leur pose.

Le coût de la main d’œuvre

Le prix que l’artisan RGE chargé de la pose va vous facturer dépend de la ville dans laquelle vous vivez. Les personnes se trouvant sur Paris doivent s’acquitter de tarifs bien plus importants que celles qui vivent dans les banlieues ou dans les autres villes. Une bonne méthode pour ne pas payer trop cher est de comparer plusieurs devis avant de prendre une décision.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *