Comment et pourquoi rendre un sol plus humifère ?

L’humus, ce terme bien connu des jardiniers, désigne en réalité les matières organiques qui se situent à la surface du sol. Humide, de couleur foncée et bien souvent grumeleux, l’humus est une composante essentielle de n’importe quel terrain. D’ailleurs, il possède un rôle très important dans la culture et le développement des végétaux. Pourquoi est-ce important de profiter d’un sol humifère ? Quel est l’intérêt de rendre le sol plus riche en humus ? Ce sont les questions auxquelles nous allons répondre.


Comment se crée l’humus ?

Nous l’avons dit, l’humus se compose de matières organiques. Aussi, on y retrouve des détritus végétaux, mais également des restes de petits mammifères ou d’insectes, des racines et bien d’autres composants, dégradés par l’action des bactéries présentes naturellement dans le sol. Les vers de toutes sortes interviennent également dans l’humification de ces matières organiques, un procédé qui ne peut avoir lieu que lorsque les bonnes conditions de températures, d’humidité et de pH sont réunies.

L’humus se situe à la surface du sol en plus ou moins grande quantité. Il recouvre plusieurs strates : le sable, l’argile, puis le calcaire. Nous allons le voir un peu plus tard, la couche de matières organiques est nécessaire à la fertilité du sol. Elle constitue également la source principale de nourriture pour les insectes, les vers et les bactéries. Néanmoins, elle possède un rôle bien plus diversifié, comme nous allons le voir dès maintenant.

Pourquoi l’humus est-il si important pour les cultures ?

Sans humus, le sol ne peut survivre. Voilà qui explique, entre autres, pourquoi l’agriculture intensive utilise autant de produits chimiques pour stimuler les récoltes. En effet, ce type de sol a été totalement privé d’humus en raison d’un labourage intensif, un travail de la terre trop en profondeur. Pourtant, l’humus est essentiel à la vie du sol.

  • L’humus nourrit les plantes : il contient effectivement de très nombreux minéraux et micronutriments qui interviennent directement dans l’alimentation des végétaux. L’humus étant en constante dégradation, il est en mesure de fournir les produits chimiques essentiels pour la croissance des plantes à tout moment. En d’autres termes, il est possible d’affirmer que l’humus est le garde-manger des jardins et potagers, à qui il fournit en permanence une alimentation appropriée.
  • L’humus permet de fertiliser les sols : sans humus, la terre n’est pas capable de retenir l’eau dont elle a besoin. En effet, l’humus lorsqu’il se combine à l’argile contenue dans le sol permet de rendre la terre plus poreuse, l’aidant ainsi à créer des réserves d’eau indispensables à sa fertilité. Grâce à ce phénomène, le sol préserve également une bonne stabilité. En améliorant sa porosité, il est plus résistant à l’érosion et au lessivage, occasionnés par les précipitations. Vous l’aurez compris, un sol riche en humus est donc beaucoup plus apte à accueillir des végétaux et à assurer leur bon développement.
A lire aussi :  Le corossol : comment aide-t-il à lutter contre le cancer ?

Comment obtenir un sol plus riche en humus ?

Comme nous venons de l’expliquer, un sol sans humus (que l’on qualifie également de sol nu), n’est pas en mesure de se défendre contre les précipitations qui occasionnent son érosion. Ce type de terrain n’est donc plus capable de retenir les bons minéraux qui, pour rappel, constituent l’alimentation des plantes et autres végétaux. Un sol sans humus a tendance à s’assécher, créant ainsi un phénomène dit de « croûte de battance ». Mais alors, comment favoriser la présence d’humus ? Pour cela, plusieurs méthodes efficaces et simples à mettre en place peuvent être envisagées.

Dans un premier temps, il est essentiel de préserver et de favoriser la présence de vie dans la terre. De ce fait, l’utilisation de produits chimiques visant à éradiquer les vers, les bactéries et autres insectes est vivement déconseillée. En effet, les matières organiques ne seront plus en mesure d’être dégradées, empêchant ainsi l’humification.

La quantité de ces fameuses matières organiques doit également être augmentée. Pour cela, rien de plus simple. Bien connus des jardiniers, les paillages végétaux doivent absolument être dispersés sur le sol. En effet, ce sont eux qui permettront la formation de l’humus par leur dégradation. Plusieurs types de paillages végétaux peuvent être envisagés : les engrais verts par exemple, le fumier, le compost, etc.


Investir dans un broyeur de végétaux est une solution à envisager. Grâce à cet équipement, fabriquer son propre paillis, à partir de détritus issus de la taille des arbres du jardin, devient un véritable jeu d’enfant. En revanche, l’utilisation d’engrais minéral est vivement déconseillée. C’est vrai, celui-ci ne peut participer à l’humification de la terre.

A lire aussi :  comment utiliser terre de diatomée pour punaise de lit

Nous avons mentionné précédemment les dégâts de l’agriculture intensive sur la qualité des sols. Aussi, afin de préserver une terre fertile et stable, il est crucial d’éviter de la travailler en profondeur. De cette façon, la préservation de la structure de la terre, essentielle à la croissance des végétaux, devient possible.

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *