Archive pour le mot-clef ‘pressing’

Pressings et perchloroéthylène: Risques cancérigènes et neuro pour les riverains aussi

samedi 25 février 2012



http://www.santelog.com/news/environnement-ecologie/pressings-et-perchloroethylene-risques-cancerigenes-et-neurologiques-pour-les-riverains-aussi_7620_lirelasuite.htm

Le perchloroéthylène, c’est le solvant encore utilisé dans 90% des pressings. Être exposé au perchloroéthylène, c’est un risque de toxicité pour le système nerveux central (SNC), les reins, le foie, le système immunitaire et hématologique et le système de reproduction et un risque accru probable de cancer. Pourtant 15.000 personnes restent exposées de manière chronique, directement ou indirectement. Le Réseau Environnement Santé qui soutient les victimes du perchloroéthylène, alerte à nouveau les pouvoirs publics, mettant en évidence le retard français en matière de prévention et de substitution.

A l’occasion de la Journée mondiale contre le cancer, le RES, l’association Génération Futures et l’association de défense des victimes d’émanations de perchloroéthylène des pressings (ADVEPP) a souhaité attirer l’attention sur le cas du perchloroéthylène, un solvant utilisé dans les pressings. Le perchloroéthylène est un solvant toxique, classé par l’IARC cancérogène probable chez l’homme (du groupe 2A), mais toujours utilisé dans plus de 90% des pressings (cancérogène, mais aussi neurotoxique, hépatotoxique et néphrotoxique). Chaque année, 1 million de litres de perchloroéthylène soit environ 8.200 tonnes sont utilisées, entraînant l’exposition professionnelle de 15.000 personnes. Lire le reste de cet article »

Pressings : Le « perchlo », solvant toxique sur la sellette

samedi 25 février 2012

http://www.francesoir.fr/actualite/sante/pressings-le-perchlo-solvant-toxique-sur-la-sellette-185537.html

 

Le perchloroéthylène est utilisé pour nettoyer les tâches dans les blanchisseries. Ce composé très volatil pourrait avoir causé la mort d’une femme. Les associations demandent son interdiction.

Le perchloroéthylène est utilisé dans le nettoyage à sec SIPA

Le « perchlo » est dangereux pour l’homme. Bien connu des professionnels du nettoyage à sec, ce solvant toxique, parfois mortel, est interdit dans les nouvelles installations au Danemark et aux États-Unis. Le perchloroéthylène, de son vrai nom, est classé comme un cancérogène probable depuis 1995 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Il peut causer des effets neurologiques et un impact sur les reins et le foie.

Le produit est même soupçonné d’avoir provoqué un décès. José-Anne Bernard, une septuagénaire de Nice qui vivait au-dessus d’un pressing, est morte en décembre 2009. Une autopsie a montré qu’il y avait du perchloroéthylène dans tous ses organes sauf l’estomac, ce qui exclut l’ingestion, assure son fils.

Le gérant de la blanchisserie a été mis en examen en septembre 2011 pour « homicide involontaire » et « poursuite de l’exploitation d’une installation classée non conforme à la mise en demeure ». L’instruction est toujours en cours. Un collectif d’associations a demandé jeudi un rendez-vous au ministère de l’Environnement afin de discuter du sujet. Les normes de l’OMS sont de 250 µg/m3. Mais les riverains de pressing « sont en moyenne exposés à 2000µg/m3 », soit 8 fois plus, observe André Cicolella, du Réseau santé environnement.

Une association de défense des victimes Lire le reste de cet article »

Le Réseau Environnement Santé met en garde contre les pressings toxiques

samedi 25 février 2012

http://www.zinfos974.com/Le-Reseau-Environnement-Sante-met-en-garde-contre-les-pressings-toxiques_a37805.html

Le Réseau Environnement Santé (RES) et l’association Générations Futures s’unissent pour alerter les pouvoirs publics sur la dangerosité du perchloroéthylène, un solvant fréquemment utilisé dans les pressings pour les machines de nettoyage à sec.

S’appuyant sur des études scientifiques, les organismes demandent à ce que le perchloroéthylène soit proscrit en raison de son caractère « cancérogène », « neurotoxique », « hépatotoxique » et « néphrotoxique« . Pour eux, il n’y a « pas d’usage contrôlé possible ».

Le produit serait non seulement toxique pour les travailleurs et utilisateurs à son contact mais également pour l’ensemble des riverains proches des pressings concernés (90% des pressings d’après RES). Or « les procédés de remplacement existent », soulèvent les associations.

Le cri d’alarme des structures intervient alors que le gérant d’un pressing a été mis en examen pour « homicide involontaire », suite au décès en 2009 d’une septuagénaire niçoise qui vivait à côté de sa société et dont le corps aurait présenté des traces de perchloroéthylène au niveau de plusieurs organes.

Selon une recommandation du Haut conseil de la santé publique, saisi en 2008 suite à plusieurs plaintes, les nouveaux pressings ne devraient pas être installés dans l’environnement immédiat de logements.