Archive pour le mot-clef ‘pac’

La Pac provoque des réactions en chaîne

mercredi 19 octobre 2011

Les propositions de la Commission européenne relatives à la réforme de la Politique agricole commune pour 2014 n’est ni du goût des organisations professionnelles ni des défenseurs de l’environnement.
Pour le principal syndicat agricole français, la FNSEA, «poursuivre une Pac qui abandonne la quasi totalité de ses capacités de gestion des marchés et de réponses aux crises, qui sacralise et pose en dogme le découplage total des soutiens et leur convergence, qui augmente le poids de la conditionnalité par un verdissement très conséquent n’est pas de nature à améliorer la compétitivité de nos productions et filières». Selon la Confédération paysanne, « le verdissement des aides proposées n’est en l’état que pure façade. Elle ne conduirait à aucun changement de pratique dans 95% des exploitations françaises».

Les ONG environnementales pas satisfaites

Côté associations de défense de l’environnement, les mesures de verdissement de la Pac envisagées sont unanimement considérées insuffisantes. «Les exploitations agricoles devront mettre en place un minimum de trois cultures différentes, une contrainte qui s’applique déjà, aujourd’hui, aux agriculteurs français », déplore notamment France Nature Environnement (FNE), qui estime qu’un minimum de quatre cultures par exploitations est nécessaire. D’autre part l’association estime qu’en fixant 2014 comme année de référence pour la préservation des prairies permanentes certains agriculteurs risquent d’anticiper en supprimant leurs prairies, afin de ne pas avoir à respecter cette contrainte environnementale. Le WWF regrette pour sa part que les propositions de Bruxelles soient « un véritable recyclage de mesures existantes, rebaptisé verdissement, qui va permettre de continuer à verser des aides aux systèmes les plus intensifs sans inciter à une réorientation vers des pratiques plus durables ». Lire le reste de cet article »

Les nouvelles orientations de la PAC décevantes

mercredi 19 octobre 2011

La Commission Européenne a dévoilé le 12 octobre dernier ses propositions de réforme pour la PAC (Politique Agricole Commune) 2014-2020. Dans un communiqué de presse, WWF (organisation mondiale de protection de l’environnement) exprime son regret sur le fait que ces propositions ne vont pas dans le sens d’une agriculture durable. Ceci arrive en même temps qu’une étude du ministère de l’agriculture sur le coût de la pollution agricole en France, qui sera répercuté sur la facture d’eau des français.

Les réformes de la PAC 2014-2020 ne prennent pas le virage escompté

La Commission européenne a dévoilé aujourd’hui ses propositions de réforme pour la PAC 2014-2020. Le verdissement annoncé par le Commissaire Ciolos ne permettra pas de réorienter l’agriculture européenne vers une agriculture durable. Ce sont 372 milliards d’euros qui risquent d’aller en grande partie vers l’agriculture intensive.
La Commission a cédé notamment aux pressions du syndicat majoritaire, de l’industrie de l’agro-chimie et d’Etats membres parmi lesquels la France, « très prudente sur le verdissement » comme l’a clamé François Fillon le 2 septembre dernier. Lire le reste de cet article »

PAC: où en est-on?

mercredi 19 octobre 2011

L’aide agro-environnementale est-elle conçue et gérée de manière satisfaisante? C’est la question que s’est posée la Cour des comptes européenne dans son rapport spécial publié le 19 septembre. Et la réponse penche vers la négative.

L’Union européenne consacre 2,5 milliards d’euros par an au secteur de l’agriculture afin que celui-ci valorise mieux les milieux naturels, les ressources génétiques locales, ou encore l’emploi. Si aujourd’hui un grand nombre d’exploitants agricoles mettent en œuvre des pratiques plus durables grâce au soutien financier européen, l’audit effectué révèle que «des problèmes considérables concernant les montants des aides ont été relevés, allant de déficiences au niveau de leur calcul à une différenciation insuffisante en fonction des caractéristiques des sites au plan régional ou local».

La Cour a également constaté qu’il était difficile de déterminer le degré de réalisation des objectifs environnementaux fixés au monde agricole[1], ceux-ci étant«globalement trop vagues». Les progrès accomplis en la matière depuis 20 ans ne semblent donc pas suffisants pour la Cour des comptes. Lire le reste de cet article »