Archive pour le mot-clef ‘OGM’

OGM MON810 : la pression monte, l’incertitude inquiète

lundi 27 février 2012

 

Alors que la période des semis se rapproche, les associations anti-OGM ont demandé aux entreprises qui commercialisent des semences de clarifier leur intention. En attendant l’interdiction de culture promise par le gouvernement, l’inquiétude gagne.

Le gouvernement français a adressé le 20 février dernier une note à la Commission européenne pour lui demander de suspendre d’urgence l’autorisation de mise en culture des semences de maïs transgénique MON810 dans l’Union européenne. Il a par ailleurs indiqué qu’il envisageait d’adopter, en raison de la proximité des semis (fin février-début mars pour les semis précoces) une mesure conservatoire visant à interdire « temporairement » la culture du maïs MON810 sur le territoire national. Une consultation du public a été ouverte à ce sujet jusqu’au 6 mars.

En attendant, les associations anti-OGM ont décidé de mettre la pression. La Direction régionale de l’alimentation, l’agriculture et la forêt (Draaf) à Toulouse, a ainsi été occupée par plusieurs dizaines d’opposants pour exiger l’interdiction immédiate du MON810. Les associations ont également envoyé une lettre ouverte aux sociétés faisant négoce de semences agricoles en France. Elles demandent à ces entreprises de « clarifier leurs intentions concernant la commercialisation de semences de maïs Mon 810 en vue des semis du printemps 2012. » Lire le reste de cet article »

Amiante et OGM : deux géants condamnés

mardi 14 février 2012

http://www.ladepeche.fr/article/2012/02/14/1283993-amiante-et-ogm-deux-geants-
Paul François a gagné contre Monsanto.

Désormais, rien ne sera plus pareil. Pour les agriculteurs comme pour les victimes, innombrables, de l’amiante. Hier, de part et d’autre des Alpes, en France et en Italie, la justice a pris dans ses filets Monsanto et Eternit, deux géants des pesticides et de l’amiante.

Explications.

Le 27 avril 2004, Paul François, un céréalier charentais aujourd’hui âgé de 47 ans et invalide, reçoit au visage des vapeurs de « Lasso », en ouvrant la cuve d’un pulvérisateur. Il est rapidement pris de nausées puis de troubles au point qu’il doit interrompre son activité pendant près d’un an. Les analyses relèvent dans son organisme des traces de monochlorobenzène, un solvant présent pour moitié dans l’herbicide, au côté du principe actif, l’anachlore. Paul François décide alors de se battre. Sa première victoire, il la gagne en 2008 en obtenant que ses troubles soient reconnus comme maladie professionnelle par la Mutualité sociale agricole. Et il poursuit en responsabilité civile le géant américain des pesticides. Selon son avocat, Monsanto a « tout fait pour laisser le Lasso sur le marché » alors que sa dangerosité avait été établie dès les années 1980. La justice a entendu et condamné Monsanto « à indemniser entièrement M. François de son préjudice ». La firme agrochimique a déclaré, hier, qu’elle envisageait de « faire appel ». Lire le reste de cet article »