Archive pour le mot-clef ‘fertilité’

Pour Génération Futures, les pesticides représentent une grave menace pour la fertilité humaine

mercredi 22 février 2012

http://www.actualites-news-environnement.com/27985-Generation-Futures-pesticides-representent-grave-menace-fertilite-humaine.html

21/02/2012

(Par Jean-Charles BATENBAUM)

 Suite à la publication du dernier Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, ce matin, consacré essentiellement aux enjeux environnementaux sur la fertilité humaine, Générations Futures a souhaité attirer l’attention sur le lien que pourrait avoir les pesticides sur l’augmentation de certain cancers, et la baisse de fertilité.

Selon Générations futures : « Ce travail de l’INVS confirme ce que Générations Futures dénonce depuis des années : les pesticides, et particulièrement ceux qui sont des perturbateurs endocriniens, constituent une menace grave pour la fertilité humaine. »

Mr François VEILLERETTE, Porte Parole de Générations Futures, déclare à cet effet, dans un communiqué de presse de l’association : « On ne doit maintenant plus attendre d’avantage pour mettre en œuvre une vraie exclusion de ces pesticides ayant des effets perturbateurs endocriniens (PE), telle que prévue par l’Annexe II du nouveau Règlement sur les pesticides 1107/2009 CE. Le gouvernement français doit s’engager sans plus tarder à agir en ce sens en privilégiant la précaution et la santé humaine. Il ne doit pas laisser les lobbies de l’agrochimie user scandaleusement de leur influence pour dicter dans le secret des ‘comités d’experts’ les critères qui serviront à sélectionner les pesticides PE qui devront effectivement être exclus à partir de décembre 2013 ! ». Lire le reste de cet article »

La fertilité française en berne

mercredi 22 février 2012

http://www.journaldelenvironnement.net/article/la-fertilite-francaise-en-berne,27628

Le 20 février 2012 par Geneviève De Lacour

En France, la qualité du sperme des donneurs a diminué

Après l’augmentation des allergies, du diabète et des cancers au cours des 25 dernières années, une nouvelle inquiétude émerge. Et si les activités industrielles compromettaient les capacités des êtres humains à se reproduire? Une méta-analyse dirigée par l’Institut de veille sanitaire (InVS) fait le bilan des études existantes et l’état des lieux en France sur les agents environnementaux qui influent sur notre fertilité.

Le bulletin épidémiologique (BEH) de l’Institut de veille sanitaire qui sera publié le 21 février passe en revue les études existantes sur la fertilité du couple; sur l’évolution des caractéristiques et de la concentration du sperme; l’évolution des malformations de l’appareil génital, ainsi que celle de la fertilité en fonction des expositions professionnelles; et enfin sur le cancer des testicules. Les plus grands noms de la toxicologie française signent cette méta-analyse détaillée qui fournit quelques pistes pour orienter les futures recherches.

Premier constat. Le pourcentage de couples sans grossesse après un an sans contraception est actuellement de l’ordre de 15 à 25%. «Ce qui constitue un problème de santé non négligeable», précise le rapport. «Le niveau élevé de la fécondité en France (2 enfants par femme) par rapport à nos voisins européens ne doit pas donner l’illusion d’une absence de troubles de la fertilité dans la population.» Le rapport de l’InVS préconise d’ailleurs un suivi, non planifié actuellement, mais qui serait pertinent.

Depuis les années 1950, les scientifiques constatent une diminution de la qualité du sperme en Europe du Nord. L’hypothèse d’un lien existant entre l’altération de la qualité du sperme, les cryptorchidies[1], les hypospadias[2] et le cancer du testicule a été proposé par certains sous le nom de «syndrome de dysgénésie testiculaire». Un syndrome qui serait en lien avec l’exposition des femmes pendant leur grossesse à des perturbateurs endocriniens. Lire le reste de cet article »