Archive pour le mot-clef ‘coût’

Cour des comptes :  » Il faudrait construire 11 EPR d’ici la fin 2022 « 

vendredi 3 février 2012

http://www.enerzine.com/2/13397+cdc—il-faudrait-construire-11-epr-dici-la-fin-de-2022+.html

Prolonger la durée de fonctionnement des centrales nucléaires au delà de 40 ans semble inévitable au vue des chiffres et des arguments énoncés par la Cour des comptes, à moins de réaliser des investissements colossaux tout en baissant drastiquement la consommation d’électricité.

Explications :
« La durée de fonctionnement de chaque centrale fait l’objet d’un examen décennal par l’Autorité de sureté nucléaire (ASN) qui précise les conditions d’une éventuelle autorisation de poursuivre l’exploitation. Actuellement, seuls deux réacteurs des centrales du Triscastin et de Fessenheim ont reçu une autorisation de fonctionnement jusqu’à 40 ans, sous réserve de la réalisation de travaux significatifs pour en améliorer la sécurité. »

« Toutefois, comptablement, les centrales d’EDF sont amorties sur 40 ans depuis 2003. Or, la durée de vie des centrales a un impact significatif sur le coût de production réel en permettant d’amortir les investissements sur un plus grand nombre d’années. D’autre part, elle repousse dans le temps les dépenses de démantèlement et le besoin d’investissement dans de nouvelles installations de production. »

La Cour constate que d’ici une dizaine d’années (fin 2020), « 22 réacteurs sur 58 atteindront leur quarantième année de fonctionnement ». Par conséquent, « dans l’hypothèse d’une durée de vie de 40 ans et d’un maintien de la production électronucléaire à son niveau actuel, il faudrait construire 11 EPR d’ici la fin de 2022, ce qui paraît très peu probable, voire impossible, y compris pour des considérations industrielles. »

Cela signifie qu’il est fait l’hypothèse soit d’une durée au-delà de 40 ans, comme semble l’indiquer la « programmation pluriannuelle des investissements » (PPI) de production d’électricité pour la période 2009-2012, qui « privilégie un scénario central de prolongation au-delà de 40 ans du parc nucléaire », soit d’une évolution du mix énergétique vers d’autres sources d’énergie, sans que ces orientations stratégiques n’aient fait l’objet d’une décision explicite, connue du grand public, alors qu’elles nécessitent des actions de court terme et des investissements importants. Lire le reste de cet article »

La Cour des comptes égratigne l’image du nucléaire bon marché

vendredi 3 février 2012

http://www.france24.com/fr/20120131-cour-comptes-nucleaire-rapport-vert-ecologiste-electricite-cout-economie-france-polemique
Dans un rapport, la Cour des comptes juge que le prix de la production d’électricité nucléaire a été largement sous-évalué en France. Au total, 228 milliards d’euros ont été investis dans la filière depuis les années 1970.
Par Sébastian SEIBT (texte)

Passé, présent, futur : la Cour des comptes a vu les choses en très grand. Dans son rapport sur le coût de la filière nucléaire en France, rendu public ce mardi 31 janvier, l’institution dresse, pour la première fois, le tableau de 40 ans de nucléaire civil dans l’Hexagone.
Ce rapport, très attendu, avait été commandé par le gouvernement français peu après la catastrophe de Fukushima, au Japon, en mars 2011. Effectué en seulement huit mois, ce travail de fourmi a accouché d’un éléphant qui fera probablement date dans le débat sur le nucléaire français car c’est la première fois que l’on dispose d’un chiffrage fiable du coût du nucléaire dans le pays.
Selon les rapporteurs de la Cour des comptes, depuis les années 1970, quelque 228 milliards d’euros ont été investis dans la filière nucléaire en France. La Cour prévient, en outre, que des incertitudes importantes quant aux coûts futurs risquent encore d’alourdir l’addition. Lire le reste de cet article »