Archive pour le mot-clef ‘cancers’

L’agriculture s’interroge sur ses pesticides

lundi 13 février 2012

Par Europe1.fr avec Stéphane Berthelot

Publié le 13 février 2012 à 00h45 Mis à jour le 13 février 2012 à 01h00

La justice juge lundi si le Lasso, produit par Monsanto, est responsable des maux d’un agriculteur.

Un pesticide peut-il être responsable de la maladie d’un agriculteur ? C’est la question à laquelle le tribunal de grande instance de Lyon doit répondre lundi, en tranchant le conflit qui oppose un agriculteur charentais au géant de l’agriculture et des OGM Monsanto, une première en France.

Victime du Lasso de Monsanto

Paul François a failli mourir en 2004 après avoir inhalé du Lasso,un pesticide fabriqué par Monsanto, en nettoyant le fond d’une cuve. Ce céréalier de 47 ans a alors subi une intoxication aiguë qui l’a rendu invalide à 50% en raison d’une maladie neurologique qui provoque notamment fatigue et fortes douleurs.

Cet agriculteur a remporté une première victoire lors que sa maladie a été reconnue maladie professionnelle par la Sécurité sociale, ce qui est extrêmement rare mais s’explique par le fait que ce pesticide a depuis été interdit.

« Une partie de la population agricole va être sacrifiée »

Aujourd’hui, il demande donc réparation à Monsanto, avec l’espoir que sa démarche serve à d’autres agriculteurs. « Moi je suis vivant aujourd’hui mais il y a, qui va en crever », argumente Paul François. Lire le reste de cet article »

Maladies et cancers professionnels… L’explosion

vendredi 10 février 2012


http://www.apmp.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=173:maladies-et-cancers-professionnels-l-explosion&catid=66:editoriaux-2008&Itemid=168

Dans un article du journal « Le Parisien » du lundi 08 janvier 2007, Annie THEBAUD-MONY, chercheuse à l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), nous précise que 500 000 Français sont actuellement en danger parce que « exposés à des produits chimiques dangereux ».

Ces produits sont plus communément appelés: C M R.

C = Cancérogènes

M = Mutagènes

R = Reprotoxiques (Toxiques pour la reproduction)

Et ce rapport, de préciser que « UN CANCER SUR DEUX » est provoqué par un agent chimique rencontré dans l’environnement professionnel« .

De même, toujours dans Le Parisien du 08 janvier 2007, Raymond VINCENT, chercheur au laboratoire: Métrologie des polluants à l’Institut National de la Recherche et de la Sécurité (INRS) estime qu’environ 500 000 personnes sont exposées à des agents chimiques cancérogènes.

Tant il est vrai que la situation est dramatique, l’Europe a rédigé des Directives qui depuis, ont toutes été transcrites dans les différents droits nationaux.

En France, il s’agit notamment:

– du décret 2001-97 du 1er février 2001 portant sur les produits C M R

– du décret 2003-1254 du 23 décembre 2003 portant sur le risque chimique. Lire le reste de cet article »

Colloque « Cancers et expositions environnementales » : Les chercheurs mobilisés »

vendredi 10 février 2012


http://www.info.expoprotection.com/site/FR/Colloque__Cancers_et_expositions_environnementales__Les_chercheurs_mobilises,I1312,Zoom-6978055ca134fa10de467e8a85bd3479,FromPage-R.htm

 

Plus de 90 % de cancers sont dus à des causes exogènes : modes de vie et les expositions à des facteurs environnementaux naturels, aux agents chimiques, physiques et infectieux de l’environnement général et professionnel.

L’Anses *, l’INCa ** et l’alliance Aviesan *** ont réuni le 12 décembre à Paris près de 400 chercheurs, professionnels de santé et représentants d’institutions et d’associations pour dresser un état des lieux des connaissances sur les liens entre expositions environnementales et cancers.

Ce colloque international, qui s’inscrit dans le cadre du Plan cancer 2009-2013 et du Plan national santé environnement 2009-2013, avait pour objectif de présenter les travaux et méthodologies visant à mieux comprendre les relations entre cancers et environnement et cerner ainsi les priorités de recherche dans ce domaine.

En 2008, le nombre de nouveaux cas de cancers dans l’Union européenne est estimé à environ 2,4 millions dont 1,3 million (54 %) d’hommes et 1,1 million (46 %) de femmes. En 2011, on estime à 365 000 les nouveaux cas de cancers en France. Les cancers de la prostate chez l’homme (71 000 cas incidents) et du sein chez la femme (53 000 cas) sont les plus fréquents. Viennent ensuite chez l’homme, les cancers du poumon (27 500 cas) du côlon-rectum (21 500 cas) et chez la femme, les cancers du côlon-rectum (19 000 cas) et du poumon (12 000 cas).

Plus de 90 % de cancers aux causes exogènes
Si l’on considère tous les cancers de façon confondue, l’incidence annuelle des cas de cancers augmente alors que la mortalité par cancer diminue. L’évolution à la baisse de la mortalité observée en France est pour une large part à mettre sur le compte d’une amélioration des dépistages précoces et d’une meilleure prise en charge des personnes diagnostiquées. L’accroissement de l’incidence des cancers est lié notamment à l’allongement de la durée de la vie et à une meilleure identification des cancers déjà présents par les dépistages, désormais mieux acceptés socialement. Toutefois ces deux facteurs ne suffisent pas à eux seuls à expliquer cette évolution.

L’augmentation de l’incidence des cancers est observée partout dans le monde et le nombre de nouveaux cas de cancers augmente de manière très significative, notamment dans les pays en voie de développement. Lire le reste de cet article »

Cancer : état des lieux sur l’environnement et les expositions professionnelles

jeudi 26 janvier 2012

Pour la quatrième année consécutive, l’Institut national du cancer publie une synthèse des données relatives au cancer. Focus sur les facteurs environnementaux et les expositions professionnelles.
20 janvier 2012  |  Actu-Environnement.com
Le Plan cancer 2009-2013 prévoit la publication d’un rapport de synthèse annuel des données relatives aux cancers. Conformément à cet engagement, l’Institut national du cancer (INCa) publie son rapport sur « La situation du cancer en France en 2011 ». Ce document, extrêmement riche, traite aussi bien de l’épidémiologie des cancers, que de la prévention, du dépistage, de l’offre de soins, des conditions de vie avec la maladie ou de la recherche. Un point sur les principaux facteurs de risques liés à l’environnement et aux expositions professionnelles s’impose.
Imputabilité multifactorielle
« Un consensus général sur les liens entre des substances ou des situations à risque présentes dans nos environnements et certains cancers (…) se dégage », souligne le rapport.
Ces pathologies se distinguent par une imputabilité multifactorielle (multiplicité des facteurs de risques, importance du degré et de la durée d’exposition…) et des signaux faibles, c’est-à-dire « des facteurs environnementaux qui confèrent une augmentation faible, voire modérée du risque de cancer ». Toutefois, ces facteurs sont susceptibles « d’avoir un impact sanitaire important en nombre de cas et décès si l’exposition (…) est très répandue dans la population », nuancent les auteurs. Lire le reste de cet article »

19 % des cancers pourraient être liés à l’exposition à des produits toxiques

mercredi 21 décembre 2011

Colloque international intitulé “cancers et expositions environnementales”

http://www.viva.presse.fr/19-des-cancers-pourraient-etre_16293.html

Environ 90 % des cancers sont d’origine environnementale, le reste est génétique. C’est dit. Mais qu’on ne se méprenne pas : il s’agit de l’environnement au sens large qui englobe les modes de vie, l’alimentation, le tabagisme, l’alcool, les UV, les expositions professionnelles, la pollution chimique, etc. En un mot, presque tout.
Tel a été le message, pour le moins consensuel, transmis hier lors d’un colloque international intitulé “cancers et expositions environnementales”, organisé par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses).

Des millions d’ouvriers exposés en Chine
Mais comment quantifier la part de chacun de ces risques dans l’incidence du cancer qui a augmenté de 60 % en trente ans ? Difficile. Car si des facteurs sont bien identifiés comme le tabagisme – et encore plus quand il est précoce – qui accroît le cancer du poumon, les graisses trans industrielles impliquées dans la survenue du cancer du sein ou encore les rayons du soleil responsables de 1 600 morts par mélanome en France chaque année, d’autres sont encore controversés ou sous-estimés.
C’est le cas des expositions professionnelles à divers cancérigènes qui, selon David Christiani, professeur à l’école de santé publique de Haward aux États-Unis, “représentent au moins 6 % des cancers dans les pays industrialisés mais cette estimation est sous-évaluée”. Et le pire est à craindre dans les pays en développement où 7 millions de nouveaux cas de cancers sont diagnostiqués chaque année.
Rien qu’en Chine, 750 millions d’ouvriers sont soumis à des risques importants, “plus que la population exposée en Europe et aux États-Unis pendant la révolution industrielle” », affirme David Christiani.

Environ la moitié des cancers inexpliqués Lire le reste de cet article »

Pesticides sous surveillance

mercredi 14 décembre 2011

Santé / Une étude suit quelque 180 000 agriculteurs

http://www.dna.fr/fr/france/info/5864649-Sante-Une-etude-suit-quelque-180-000-agriculteurs-Pesticides-sous-surveillance

Les agriculteurs français, qui fument moins que d’autres et se dépensent physiquement davantage, meurent moins du cancer mais souffrent plus souvent de certaines tumeurs, que certains attribuent aux pesticides, selon plusieurs études parues récemment.

Pays agricole, la France est le premier utilisateur de pesticides en Europe, et, par hectare cultivé, parmi les 4 à 6 pays européens les plus consommateurs. Le plan Ecophyto, qui a fait suite au Grenelle de l’environnement, prévoit de réduire de 50 % leur usage en agriculture à l’horizon 2018.

Des études internationales ont établi le lien entre les pesticides et certains cancers, tels que cancers cérébraux ou cancers du sang (leucémie, lymphome). Mais en France, comme le reconnaît l’étude Agrican, qui suit 180 000 agriculteurs jusqu’en 2017, « les données disponibles sur le risque de cancer professionnel en agriculture sont insuffisantes», notamment pour mesurer les expositions. Lire le reste de cet article »