Archive pour le mot-clef ‘AZF’

AZF: après deux mois de procès la bataille en vient à la piste chimique

vendredi 24 février 2012


(©AFP / 03 janvier 2012 17h58)
TOULOUSE – Le procès en appel de l’explosion de l’usine AZF a repris mardi après les fêtes avec l’examen de la piste de l’accident chimique, soutenue par l’accusation et totalement exclue par la défense de Grande Paroisse (groupe Total) et de l’ex-directeur de l’usine.

La semaine d’audience précédant Noël s’était concentrée sur l’éventualité d’un acte criminel, écarté en première instance en 2009. La défense avait fait le procès de l’enquête judiciaire, s’appuyant notamment sur une mission confiée par Total à l’ex-juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière qui avait conclu que la piste criminelle avait été sous-estimée.

Les batailles d’experts scientifiques ont repris mardi et devraient culminer dans les prochains jours, à mi-parcours d’un procès marathon de quatre mois, ouvert le 3 novembre pour expliquer enfin la cause de la catastrophe qui a fait 31 morts le 21 septembre 2001. Lire le reste de cet article »

L’Amiral Bruguière se saborde

vendredi 24 février 2012

Jacques Marie Bourget

http://www.bakchich.info/societe/2011/12/23/lamiral-bruguiere-se-saborde-59880

L’ancien magistrat antiterroriste vole au secours de Total lors du procès en appel de la catastrophe d’AZF.

Et voilà que tel le barde d’Astérix qu’il est impossible de faire taire, le juge Bruguière que l’on a pourtant beaucoup trop vu, revient à la surface. Ne voilà-t-il pas qu’il s’en vient apporter de l’essence au moulin de Total en venant témoigner lors du procès en appel de l’affaire AZF à Toulouse. Objectif, démontrer que la firme pétrochimique était exemplaire et que c’est Ben Laden qui a fait sauter l’usine. Et circulez, il n’y a plus rien à voir… C’est épatant ce culot de Bruguière, lui qui vient d’être pris la main dans le sac pour avoir étouffée une pièce importante dans l’instruction de l’attentat de Karachi. Allez, Jean-Louis, baisse la tête t’auras l’air d’un coureur !

Mais revenons au dossier. Le 14 mai 2010, l’avocat Daniel Soulez-Larivière demande à Jean-Louis Bruguière de formuler son avis  sur l’instruction qui a suivi l’explosion de l’usine AZF de Toulouse, le 21 septembre 2001. Dans cette affaire, le jugement  rendu le 18 novembre 2009, explique l’explosion par un accident chimique. Si Soulez sonne à la porte de Bruguière c’est qu’il a formé un recours afin d’obtenir des indemnisations pour ses clients qui, à la suite de l’accident, ont été « gardés à vue et mis en examen dans une enquête émaillée de fautes graves, ce qui leur a porté préjudice ». Pour être clair l’avocat demande, à celui qui a quitté la magistrature, pour échouer aux élections législatives sous les couleurs de l’UMP, d’écrire que le travail d’enquête des policiers et des collègues magistrats est du sabotage. Lire le reste de cet article »