Le réchauffement climatique va modifier l’amplitude des marées en Europe

Le mardi 11 avril 2017 par Duclair environnement.

Les fluctuations du niveau des océans pourraient fragiliser le littoral et entraîner des perturbations de l’écosystème.

LE MONDE | | Par Fanny Guiné

Entre 1901 et 2010, les niveaux des océans et des mers de la planète ont augmenté d’environ 19 centimètres à cause de la fonte des glaces. D’ici à la fin du siècle, l’élévation de leur niveau pourrait même atteindre deux mètres si les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter au rythme actuel. Conséquence directe du réchauffement climatique, cette hausse engendre d’autres phénomènes.

Selon un article de chercheurs français publié dans la revue scientifique Continental Shelf Research, lundi 10 avril, l’amplitude des marées va osciller de 15 % par rapport au niveau moyen des mers. Ainsi, si la mer monte d’un mètre, l’écart entre la marée haute ou la marée basse avec le niveau moyen serait de 15 cm. Quant au marnage (écart entre marée haute et marée basse), il pourrait atteindre 30 cm.

Le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) d’Orléans, à l’origine de cette étude, a réalisé une dizaine de simulations sur les conséquences de ce phénomène à l’échelle de l’Europe du Nord-Ouest, du littoral espagnol jusqu’à la Norvège. « Nous nous sommes basés sur des scénarios de variations très larges du niveau marin, pendant de forts coefficients de marée : de – 0,25 m, qui est le niveau du XXsiècle, jusqu’à 10 mètres, détaille Déborah Idier, responsable scientifique chargée de la dynamique côtière et des risques littoraux au BRGM. Cette valeur extrême peut être atteinte d’ici à 2300 si rien ne change au niveau des émissions de gaz à effet de serre. »

Pour chaque hypothèse, qui prend en compte des hausses du niveau marin uniformes ou non selon les régions, les écarts entre les marées et le niveau moyen fluctuent entre – 15 % et 15 %.

Baisse de la marée au Mont-Saint-Michel, hausse à Calais

Dans certaines zones, les écarts entre marée haute et marée basse seront renforcés, comme dans l’est de la Manche, de la pointe du Cotentin jusqu’à Calais. Plus au Nord, la même anomalie sera observée dans la mer d’Irlande ou dans la baie de Heligoland, entre l’Allemagne et le Danemark. A l’inverse, le marnage pourrait s’affaiblir dans la baie du Mont-Saint-Michel. Les spécialistes du BRGM démontrent ainsi que l’amplitude des marées ne sera pas forcément proportionnelle à l’augmentation du niveau marin.

Simulation des marées dans le cas d’une hausse non uniforme du niveau de la mer d’ici à 2100. La figure (a) montre le scénario de remontée du niveau marin considéré et les figures (b) et (c) montrent l’effet de cette remontée du niveau marin sur la hauteur de pleine mer par rapport au niveau moyen (respectivement en mètres et en pourcentage de remontée du niveau marin local).image: http://s1.lemde.fr/image/2017/04/11.

Simulation des marées dans le cas d’une hausse non uniforme du niveau de la mer d’ici à 2100. La figure (a) montre le scénario de remontée du niveau marin considéré et les figures (b) et (c) montrent l’effet de cette remontée du niveau marin sur la hauteur de pleine mer par rapport au niveau moyen (respectivement en mètres et en pourcentage de remontée du niveau marin local). Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM)

Pour expliquer ce phénomène, il faut se pencher sur différentes caractéristiques physiques qui entrent en jeu selon les zones géographiques. « Dans l’est de la Manche par exemple, les frottements de l’eau sur le fond diminueront lorsque le niveau d’eau va augmenter. L’amplitude de la marée sera donc plus grande », explique la coauteure de l’étude. Dans d’autres endroits, ces frottements, associés à la résonance des ondes et leur réflexion à l’approche des côtes, feront baisser l’amplitude de la marée. C’est ce qui se passera au Mont-Saint-Michel.

Outre les phénomènes physiques, il faut aussi prendre en compte les stratégies de protection contre la submersion du littoral. « Les villes proches du rivage se protègent contre les risques d’érosion et de submersion qui vont s’accroître. Si des digues bloquent cette montée des eaux, il y aura un impact sur les littoraux des pays voisins qui en seront démunis », alerte Déborah Idier.

Des déplacements de population envisageables

Ces fluctuations du niveau de la marée pourraient aussi entraîner des perturbations de l’écosystème sous-marin. Franck Dumas, coauteur de l’article et ancien expert à l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer, évoque les modifications de l’habitat de certaines espèces et de la distribution spatiale des sédiments : « Dans les endroits où la marée est forte, comme dans la Manche ou la Mer du Nord, on va avoir des déplacements de population. » Les larves pélagiques, comme les huîtres ou les coquilles saint-jacques, vont être « transportées par les courants pour coloniser de nouveaux endroits », selon le chercheur, maintenant employé au Service hydrographique et océanographique de la marine. Les variations du niveau de l’eau pourront également inonder des zones qui ne l’étaient pas auparavant, entraînant une redistribution des herbiers marins proches du rivage.

Globalement, les conséquences de cette modification des marées seront « à la marge », mais c’est l’accumulation de petits changements, liés au réchauffement climatique, qui inquiète davantage les scientifiques.

 

Laisser une réponse

Merci de répondre à la question ci-dessous : *