Archive pour mai 2012

Gaz de schiste : des règles d’or pour convaincre les opinions publiques

jeudi 31 mai 2012

 

L’AIE a présenté des règles de bonne conduite pour surmonter l’opposition aux hydrocarbures non-conventionnels et atteindre l’âge d’or du gaz. Une stratégie qui, si elle s’appliquait, pourrait pénaliser les EnR.

Gaz de schiste : des règles d'or pour convaincre les opinions publiques
© AIE

Mardi 29 mai 2012, l’Agence internationale à l’énergie (AIE) a publié des Lire le reste de cet article »

Transition énergétique: l’Allemagne est à la peine

jeudi 31 mai 2012

http://www.journaldelenvironnement.net/article/transition-energetique-l-allemagne-est-a-la-peine,29181

par Valéry Laramée de Tannenberg

La Chancelière peine à convaincre.

Manque de leadership politique, pas d’incitation à investir, la transition énergétique allemande patine dangereusement.

C’est une bonne nouvelle. De source officielle européenne, mais anonyme tout de même, on confirme que l’Allemagne a demandé que la révision des objectifs communautaires de réduction d’émission de gaz à effet de serre soit inscrite à l’ordre du jour du conseil des ministres de l’environnement du 11 juin. Une nouvelle lapidaire derrière laquelle se cache une vaste ambition.

Depuis des mois, Berlin entend faire passer de 20 à 30% l’objectif 2020 d’abaissement des rejets de GES du paquet Climat-énergie. Pour l’instant, seule la Pologne s’oppose mordicus à cette proposition, avec le soutien tacite des pays de la partie orientale de l’UE. La France pourrait soutenir la position allemande. Lors de la campagne présidentielle, François Hollande s’était déclaré favorable au passage aux 30%.

Dans le cas, peu probable aujourd’hui, où l’Europe accélérerait sa décarbonisation, l’Allemagne pourrait en tirer de grands bénéfices. Et Angela Merckel la reconnaissance politique qui commence à lui faire défaut. L’an passé, notre puissant voisin d’outre-Rhin lançait, tambours battant, sa transition énergétique. Lire le reste de cet article »

L’Allemagne cède à la tentation du lignite

jeudi 31 mai 2012

http://www.letemps.

 

Ce charbon mouillé très polluant est la seule énergie fossile dont l’Allemagne dispose en quantité

A perte de vue, le sable de la Lusace, clair sur le dessus, gris puis franchement noir à 100 mètres de profondeur, là où commence la veine de lignite… Située à quelque 150 km au sud-est de Berlin, la région n’est connue que pour ses asperges, le folklore de sa minorité sorabe, et pour son sous-sol riche en lignite.

Ce charbon mouillé de piètre qualité, à la combustion hautement polluante (la combustion d’une tonne de lignite produit 1,2 à 1,3 tonne de CO2) et exploité dans de gigantesques mines à ciel ouvert, est la seule source d’énergie fossile dont l’Allemagne dispose à profusion. Selon les estimations de l’office fédéral BGR, 14,4% des réserves mondiales de lignite (77 milliards de tonnes dont 40,8 milliards sont exploitables) gisent en Allemagne, pour l’essentiel dans l’est du pays. L’exploitation des gisements de charbon de l’ouest du pays, non rentable, cessera d’ici à 2018.

A l’heure où le pays a décidé de sortir du nucléaire, l’intérêt pour le lignite prend un tour bien différent. L’ Allemagne s’apprête-t-elle à sacrifier la lutte contre les émissions de CO2 au nom de l’abandon de l’atome? «10 des 30 usines thermiques les plus polluantes d’Europe se trouvent en Allemagne», rappelle l’association WWF. Toutes fonctionnent au lignite. Lire le reste de cet article »

L’OMS juge négligeable l’impact sanitaire de Fukushima

mercredi 30 mai 2012

 

Un rapport de l’OMS juge faibles les doses de radiation reçues par les populations suite à la catastrophe de Fukushima. Reste que le rapport se borne à reprendre des informations connues et exclut les riverains et les travailleurs de la centrale.

L'OMS juge négligeable l'impact sanitaire de Fukushima
© DR

Selon le rapport sur l’évaluation préliminaire des doses de radiation reçues par les populations suite à la catastrophe de Fukushima, publié la semaine dernière par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les doses reçues par les populations sont faibles et en-deçà des normes admises. Cela vaut pour les Japonais, à de rares exceptions, comme pour les résidents des pays limitrophes.

Cependant, l’étude ne prend en compte ni les travailleurs qui sont intervenus sur le site depuis l’accident, ni les personnes qui habitent dans la zone de 20 km autour de la centrale ravagée et qui furent évacuées dans les jours qui suivirent l’accident. Quant aux personnes vivant dans la zone d’évacuation facultative comprise entre 20 et 30 km autour de la centrale, les experts ont estimé les doses reçues sur quatre mois, au lieu d’un an pour les autres évaluations présentées dans le document, au motif qu’elles auraient rapidement quitté cette zone. Lire le reste de cet article »

États-Unis : 42 % de personnes obèses en 2030

mercredi 30 mai 2012

http://www.viva.presse.fr/Etats-Unis-42-de-personnes-obeses_16959.html

Selon une étude basée sur les données du système de surveillance de la santé (Cdc) aux États-Unis et publiée dans le American Journal of Preventive Medicine, le pourcentage d’obèses dans ce pays devrait passer de 34 % de la population aujourd’hui à 42 % en 2030.
L’obésité correspond à un indice de masse corporelle – mesuré par le rapport du poids sur le carré de la taille – supérieur à 30. Ainsi, une personne mesurant 1 m 75 sera-t-elle considéré comme obèse si elle pèse plus de 92 kilos. Avec un Imc de 40, la même personne pèsera 122 kilos.
Les projections de l’étude représente 32 millions de personnes obèses supplémentaires à l’horizon 2030. Lire le reste de cet article »

Obésité et diabète : la piste des perturbateurs endocriniens

mercredi 30 mai 2012

http://www.viva.presse.fr/Obesite-et-diabete-la-piste-des_16712.html

Le Réseau environnement santé (Res) a publié un rapport Evaluation du lien entre environnement chimique, obésité et diabète dans lequel il livre “un panorama des données scientifiques disponibles sur les liens entre l’épidémie d’obésité et de diabète, et l’exposition aux polluants chimiques”.
S’appuyant sur ces données le Res estime que la pollution chimique est « un facteur explicatif complémentaire » de cette épidémie qui ne cesse de prendre de l’ampleur dans le monde. Y compris en France où des campagnes hygiéno-diététiques ont pourtant été menées puisqu’une alimentation trop riche et une sédentarité accrue sont considérés comme facteurs essentiels d’obésité et de diabète.

Cela ne suffit pas estime le Réseau. Lire le reste de cet article »

L’OBÉSITÉ infantile liée aux PHTALATES présents dans les produits de soin

mercredi 30 mai 2012

 

 


http://www.santelog.com/news/environnement-ecologie/les-phtalates-des-produits-d-hygiene-facteurs-d-obesite-infantile_7400_lirelasuite.htm

Des chercheurs du Centre de la santé environnementale des enfants du Mount Sinai Medical Center (New York) viennent d’identifier une association entre l’exposition aux phtalates et l’obésité chez les jeunes enfants. Cette étude, la première à examiner la relation entre l’exposition aux phtalates et l’obésité infantile, financée par le National Institute for Environmental Health Sciences (NIEHS), the National Cancer Institute, and the U.S. Environmental Protection Agency est publiée dans l’édition en ligne du 4 janvier de la revue Environmental Research. 97% des petits newyorkais testés présentaient des phtalates dans leurs urines…

Les phtalates, rappellent les auteurs, sont des perturbateurs endocriniens qui peuvent imiter certaines fonctions des hormones naturelles du corps. Ils sont couramment utilisés dans les revêtements de sol et muraux en plastique, certains matériaux transformation des aliments, Lire le reste de cet article »

Les déchets toxiques de Bhopal bientôt éliminés ?

mardi 29 mai 2012

 

Vingt-huit ans après la tragédie de Bhopal, la question des déchets toxiques entreposés dans l’ancienne usine de pesticides n’est toujours pas réglée. La Cour Suprême indienne a réprimandé le gouvernement pour son laxisme en la matière et lui a demandé de prendre une décision rapide à ce sujet.

Selon le quotidien Times of India, 27.000 tonnes de déchets sont encore en attente de traitement. Un projet pilote d’élimination pour 346 tonnes est en cours avec l’organisme public allemand d’aide au développement GIZ. Le gouvernement pourrait prendre une décision pour l’ensemble des déchets restant à traiter début juin.

Dans la nuit du 3 au 4 décembre 1984, une fuite de gaz très toxique et mortel contenant entre autre du méthylisocyanate (MIC) est survenue dans l’usine de pesticides de Bhopal, capitale de l’État du Madhya Pradesh en plein centre de l’Inde. Les 500.000 habitants des bidonvilles les plus proches ont été les plus touchés. Selon Amnesty International, cette catastrophe a empoisonné plus d’un demi million de personnes et occasionné la mort de 7.000 à 10.000 personnes, dont 8.000 la nuit même.

Florence Roussel

Actu-Environnement.com